… www.forum-le-nautile.com …

bxa22vnklusn.forum-le-nautile.com. gv-no2wa4iqyhtseg.dv.googlehosted.com Le.Nautile - Partage des Savoirs :: Les Outre Mer
Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index Le.Nautile - Partage des Savoirs
De l'Homme à l'animal
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Certification du label Qualité : forum-le-nautile.com certifié de qualité par DNSLookUp Traduction des 58ères langues officielles en sélectionnant la langue de votre choix.
Les Outre Mer

 
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> RÉFÉRENCEMENTS -> Liens directs
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Ambre_Eternity
Guest

Offline




PostPosted: Sat 31 May - 20:17 (2014)    Post subject: Les Outre Mer Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
 
  
 



 
 


  
 



 
 



L’Hôtel de Montmorin 
 
 
 
 Le premier grand acquéreur
Elle s’appelait la rue Plumet… Aujourd’hui plus connue sous le nom de rue Oudinot, elle voit arriver, en 1784, Armand MARC, comte de Montmorin-Saint-Herem. Ce dernier prend possession des lieux, une immense bâtisse qui deviendra par la suite l’actuel Hôtel de Montmorin. Le propriétaire précédent avait décidé de détruire la petite maison déjà implantée et de faire construire une vaste demeure de caractère, à l’abri des regards indiscrets, et agrémentée d’un jardin. Un enchantement pour le comte qui s’installe dans l’Hôtel avec sa famille. Trois ans plus tard, il devient Ministre des Affaires étrangères et décide de rénover son lieu de résidence afin d’accueillir avec faste les Mondains de l’époque. Réceptions et festivités en tous genres s’enchaînent à l’Hôtel de Montmorin.  
 
 
 
L’Hôtel est, à cette époque, séparé en deux. Une première partie pour les domestiques qui comprend les écuries, les cuisines et les offices, le long de l’actuelle rue Oudinot. Une deuxième partie abritant le comte et sa famille au rez-de-chaussée, ainsi qu’au premier étage de l’aile, qui longe, aujourd’hui, le boulevard des Invalides.  
 
 
 
Victime de ses idées et de ses manifestations mal perçues pendant la Révolution, le comte est arrêté puis tué en 1792. L’Hôtel est laissé à l’abandon avant d’être déclaré bien national.  
 
 
 
 La maison-mère des Frères des Ecoles chrétiennes
Les propriétaires se succèdent au cours des années suivantes mais personne ne reste très longtemps dans la grande demeure. Finalement, en 1846, après être passée de mains en mains, la Ville de Paris l’achète et décide d’en faire la maison-mère des Frères des Ecoles chrétiennes. Afin d’agrandir encore les lieux, la Ville de Paris acquiert le terrain voisin, ce qui permet d’obtenir un immense domaine. Les Frères des Ecoles chrétiennes sont les propriétaires qui resteront le plus longtemps entre ces murs. Près de 58 années passées à faire des arrangements intérieurs, rénover les anciens bâtiments et entretenir l’ensemble des lieux, jardin y compris.  
 
 
 
En 1905, les Religieux sont contraints de quitter l’Hôtel, n’étant plus aptes à remplir leurs fonctions, selon la Ville de Paris. Loin d’être abandonné, l’Hôtel de Montmorin est convoité et voit s’installer, en 1910, le Ministère des Colonies. Désormais, l’Etat devient le seul détenteur de cette haute administration.  
 
 
 
D’autres travaux sont nécessaires à l’installation de tout le personnel du Ministère. C’est pourquoi, une aile supplémentaire est construite au fond du jardin. Voilà qui permet d’obtenir un lieu complètement clos, de forme rectangulaire, aéré en son milieu grâce à un espace de verdure.  
 
 
 
 1959 : le tournant
L’année 1959 est très importante dans l’histoire de l’Hôtel de Montmorin car celui-ci devient officiellement le Siège du Ministère des DOM-TOM (actuellement appelé le ministère des Outre-Mer).  
 
 
 
Chaque jour, l’histoire de l’Hôtel est présente et témoigne de son vécu, notamment au Salon rouge, lieu de réception du Ministre, où « les accords de la rue Oudinot sur la Nouvelle-Calédonie ont été signés dans la nuit du 19 au 20 août 1988. »  
 
 
 
 
 
 
 
Les Missions du Ministère des Outre-Mer Le Ministère des Outre-Mer remplit trois missions principalesUne mission de souveraineté

Puisqu’il exerce l’autorité de l’Etat Outre-Mer dans les départements d’Outre-Mer. Ses attributions sont celles qu’exerce le Ministère de l’Intérieur en métropole. Dans les territoires d’Outre-Mer, en Nouvelle-Calédonie et dans les autres Collectivités territoriales, il exerce l’autorité de l’Etat dans le respect des statuts et de l’organisation de ces territoires.  
 
 
 
Une mission d’intervention
Au travers du financement du logement social, et des actions d’insertion des jeunes dans les départements d’Outre-Mer.  
 
 
 
Une mission de coordination
Coordination de l’action des Ministères qui interviennent Outre-Mer dans des domaines précis (par exemple : éducation, culture, jeunesse et sports…) ou pour oeuvrer à son développement économique et social (par exemple : industrie, agriculture, emploi…).  
 
 
 
 
 
 
 
Composition de la Direction Générale des Outre-Mer  Les services rattachés au directeur général
  • Le cabinet du directeur général à l’outre-mer (DGOM) Le cabinet du DGOM assiste le directeur général dans son action de coordination des activités de la direction (suivi de la représentation de la direction aux réunions interservices ou interministérielles) et assure le suivi de dossiers spécifiques. Le cabinet du directeur général assure l’information du DGOM et celle du cabinet de la ministre en matière de sécurité intérieure et de sécurité civile et est, à ce titre, en relation régulière avec la DGPN, la DGGN, la DGSCGC (direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises) et les directeurs de cabinet des préfets et hauts-commissaires de la République en outre-mer. Il assure le suivi des dossiers majeurs relatifs à la sécurité intérieure et gère également le fonds de secours de l’outre-mer. Le cabinet suit également la vie politique ultramarine et a en charge l’organisation des élections, en liaison avec la direction de la modernisation et de l’action territoriale (DMAT). 
Il est chargé de la communication interne et institutionnelle de la délégation. A ce titre, il propose et met en oeuvre la politique ou les projets de communication interne et institutionnelle de la DGOM : conception et réalisation des outils et supports de communication interne (Intranet) ou externe (Lettre de la DGOM), participation au comité de rédaction du magazine CIVIQUE. Le directeur du cabinet participe à la gestion du corps préfectoral outre-mer. Il délivre les agréments, au nom du ministère des outre-mer, des chefs de services déconcentrés de l’État.
  • Le bureau des ressources et de la coordination (BRC) Le BRC assure la gestion interne de la délégation (logistique, missions) et les relations avec les directions de soutien du ministère de l’Intérieur (gestion des ressources humaines, logistique immobilière et informatique).

  • Le commandement du service militaire adapté Créé en 1961, le service militaire adapté (SMA) permet à des jeunes ultramarins en difficulté de bénéficier d’une formation facilitant leur intégration. L’originalité du SMA consiste à associer une formation citoyenne, une formation militaire et une formation professionnelle, en travaillant donc à la fois sur le "savoir", le "savoir-faire" et le "savoir-être" de jeunes qui ont été confrontés à l’échec scolaire, assorties d’un accompagnement permanent fondé sur l’internat et un suivi individualisé vers l’emploi. 

Il dispense une formation militaire, citoyenne, scolaire et professionnelle dans un cadre militaire, avec du personnel du ministère de la Défense. 
A l’origine, celui-ci s’intégrait au service national obligatoire. Mais depuis sa suspension, les jeunes ultramarins ont la possibilité de rejoindre le service militaire adapté, soit comme volontaires stagiaires afin de bénéficier d’une formation humaine et professionnelle, soit en qualité de volontaires techniciens, titulaires d’un diplôme, pour acquérir une première expérience professionnelle. 
Chaque année, près de 3 000 jeunes sont ainsi préparés durant un an à 50 métiers, avec un taux d’insertion remarquable s’élevant aujourd’hui à près de 70 %. 
Le SMA s’inscrit également dans les dispositifs d’intervention de l’État, sous les ordres des commandants supérieurs des forces armées, dans le cadre des plans d’urgence et de secours et participe à la mise en valeur des départements et collectivités d’outre-mer au travers de chantiers d’application, ainsi qu’à la coopération régionale menée par les collectivités territoriales d’outre-mer. 
Le SMA est présent dans la plupart des collectivités ultramarines (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie et Polynésie française). 
A la suite des orientations prises par le gouvernement en faveur du développement économique et social des collectivités d’outre-mer, l’offre de formation sera portée à 6000 volontaires par an d’ici 2014. Deux nouvelles implantations sont à l’étude : Futuna et Saint-Martin. Le commandement du SMA est structuré autour d’un état-major et de quatre départements.

 La sous-direction des politiques publiques La sous-direction des politiques publiques (SPP) participe à la conception, à l’élaboration et à la mise en oeuvre des politiques spécifiques à l’outre-mer et propose les adaptations des politiques générales liées aux particularités de l’outre-mer. 
Elle couvre ainsi les activités économiques, le développement des infrastructures, les programmes de développement, les politiques en matière d’emploi et de formation, le logement, la politique de la ville et la protection sociale. Elle coordonne la politique contractuelle de l’État dans les départements et régions d’outre-mer et veille à sa cohérence avec les politiques et programmations de l’Union européenne. Elel élabore et met en oeuvre la politique contractuelle de l’État dans les autres collectivités de l’outre-mer.
Composition de la sous-direction des politiques publiques

  • Le bureau de la cohésion sociale, de la santé et de l’enseignement (BCSSE)Le bureau de la cohésion sociale, de la santé et de l’enseignement, a de nombreux champs de compétences : la cohésion sociale, la santé, le médico-social, la protection sociale, l’éducation, le sport, la culture et l’audiovisuel. Le bureau entretient un réseau de correspondants avec les administrations centrales concernées et les services déconcentrés outre-mer.
  • Le bureau de l’écologie, du logement, du développement et de l’aménagement durables (BELDAD) Le bureau de l’écologie, du logement, du développement et de l’aménagement durables assure le suivi de la politique du logement (social, intermédiaire, privé dégradé et insalubre), de la politique de la ville (en particulier la rénovation urbaine) et de l’environnement (assainissement et déchets, protection et mise en valeur de la biodiversité). Il assure le suivi des dossiers relatifs aux transports intérieurs, aux infrastructures de transport (ports et aéroports), au foncier, à l’énergie (développement des énergies renouvelables et économies d’énergie) et aux ressources du sous-sol (terrestre et off-shore). Le bureau intervient également dans le domaine de la recherche et dans celui de l’aménagement du territoire (contrats de projets, pôles de compétitivité et grappes d’entreprises).
  • Le bureau de la vie économique, de l’emploi et de la formation (BVEEF) Le bureau de la vie économique, de l’emploi et de la formation exerce, pour l’ensemble de l’outre-mer, les responsabilités de l’État en matière d’animation de la politique économique. Il est en charge du suivi de la politique de l’emploi et de la formation, en cohérence avec les compétences exercées par les collectivités et les organismes paritaires ou consulaires. Il assure le suivi de la politique nationale douanière et fiscale en outre-mer, notamment à travers les aspects particuliers de la réglementation applicable (taxation des particuliers et des entreprises, régimes fiscaux dérogatoires tels la TVA, l’octroi de mer ou la fiscalité des carburants). Le bureau gère également la procédure d’aide fiscale à l’investissement (défiscalisation). Dans les secteurs du commerce, de l’artisanat, des services, du tourisme et des questions numériques, le BVEEF assure la coordination avec les acteurs publics concernés. Dans le domaine de la politique des transports (transports aériens, maritimes ou terrestres), il assure la traduction des grandes orientations de la politique nationale de continuité territoriale. Il anime pour chacun de ces secteurs un réseau de correspondants.
  • Le bureau des politiques agricoles, rurales et maritimes (BPARM) Le bureau des politiques agricoles, rurales et maritimes est chargé de l’élaboration et de la coordination des politiques visant à permettre le développement des secteurs agricole, aquacole et halieutique. Le BPARM assure le suivi de plusieurs dossiers spécifiques à l’outre-mer, qu’il s’agisse du secteur banane ou de la filière canne-sucre-rhum, en liaison étroite avec les services du ministère chargé de l’agriculture et de la pêche, et les opérateurs comme l’ODEADOM (Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer).
  • Le bureau des politiques européennes, d’insertion régionale et de la valorisation de l’outre-mer (BPEIRVOM) Le bureau des politiques européennes, d’insertion régionale et de valorisation de l’outre-mer couvre les relations entre l’Union européenne et les DOM d’une part, et l’Union européenne et les COM d’autre part. Il suit également la coopération et l’insertion régionale des DOM et des COM dans leur environnement, le respect des règles de concurrence communautaire, et développe des actions de valorisation de l’outre-mer.
  • La sous-direction des affaires juridiques et institutionnelles (SDAJI) traite les questions juridiques et institutionnelles, ainsi que celles relatives à la fiscalité locale, aux concours financiers de l’État aux collectivités, à la fonction publique territoriale et à la formation des élus et des agents des collectivités. Elle assiste les représentants de l’État outre-mer pour l’exercice du contrôle de légalité et le conseil aux collectivités. Elle contribue également à définir la politique de l’État en matière de fonction publique d’État outre-mer.
Composition de la sous-direction des affaires juridiques et institutionnelles

  • Le bureau du droit privé et du droit des activités économiques et sociales (BDPDAES) Le bureau du droit privé et du droit des activités économiques et sociales est compétent en droit privé et dans les matières relevant du ministère de la Justice. Il suit ainsi particulièrement les questions liées au droit des personnes et aux statuts personnels de droit local des populations ultramarines. Il traite, en outre, l’aspect juridique des dossiers relevant de la compétence du service des politiques publiques. 

Il assure également la représentation du ministère devant le Conseil d’État dans les procédures de demandes d’avis sur la répartition des compétences entre l’État et les collectivités, et procède aux consultations des assemblées délibérantes et des exécutifs des collectivités d’outre-mer sur les projets de texte pour lesquels cette consultation est prévue.
  • Le bureau du droit public et des affaires institutionnelles (BDPAI) Le bureau du droit public et des affaires institutionnelles suit l’évolution institutionnelle et statutaire des collectivités d’outre-mer (régime législatif et réglementaire, répartition des compétences, organisation et fonctionnement des institutions locales, conseil économique et social national et conseils locaux, etc.), ainsi que les questions relatives à l’organisation de l’État (pouvoirs des représentants de l’État outre-mer, organisation des services de l’État, organisation territoriale de la défense, action de l’État en mer, délimitation des espaces maritimes). Il est par ailleurs compétent en droit public, principalement en matière de libertés publiques et de police administrative (entrée et séjour des étrangers, circulation transfrontalière, asile, titres d’identité, armes et munitions, jeux, cultes, droit de la communication, audiovisuel, etc.). Il traite enfin des questions relatives aux évolutions du droit électoral et du statut des élus.

  • Le bureau des collectivités locales (BCL) Le bureau des collectivités locales exerce trois missions principales :
    • une mission normative pour les collectivités d’outre-mer (COM) et d’expertise juridique dans le champ élargi du droit des collectivités territoriales, du droit des finances publiques et du droit de la fonction publique territoriale ;
    • une mission budgétaire avec la gestion de dotations spécifiques aux collectivités territoriales d’outre-mer ;
    • une mission de suivi des finances des collectivités territoriales d’outre-mer (suivi des dotations de l’État de droit commun et spécifiques versées aux collectivités, suivi de la fiscalité des collectivités et des mécanismes de reversement de la fiscalité aux communes dans les COM et en Nouvelle-Calédonie, financement des transferts de compétences, suivi de la situation financière des collectivités et mise en place de procédures de redressement des collectivités dont les finances sont les plus dégradées).
  • La mission du contentieux et de la légistique (MCL) La mission du contentieux et de la légistique traite les affaires contentieuses et précontentieuses relevant du ministère des outre-mer (exécution des décisions de justice condamnant l’État dans les contentieux outre-mer, représentation de la DGOM dans le cadre des contentieux judiciaires relevant de l’agent judiciaire du trésor). La mission est aussi compétente en droit de la fonction publique (congés bonifiés, etc.). Elle assure aussi le suivi de la production normative du ministère et la préparation du programme de travail du Gouvernement.
  • La mission du droit européen et international (MDEI) La mission du droit européen et international assure une fonction juridique et institutionnelle. Elle connaît de l’ensemble des questions de droit international et européen relatives à l’outre-mer : elle examine les engagements internationaux de la France applicables outre-mer, afin d’envisager les aménagements nécessaires ; elle apporte une expertise juridique aux services du ministère, des autres départements ministériels et des administrations déconcentrées outre-mer ; elle défend, dans les relations bilatérales de la France, les questions de souveraineté relatives à l’outre-mer (statut international des collectivités, délimitations maritimes et territoriales, etc.) ; elle élabore les rapports périodiques pour les Nations unies et le Conseil de l’Europe. 

Elle participe aux relations internationales (négociations, suivi des engagements internationaux, etc.).
  • La sous-direction de l’évaluation, de la prospective et de la dépense de l’État (SDEPDE) conduit ou coordonne l’évaluation des politiques engagées par l’État outre-mer. Elle conduit ou coordonne les études prospectives sur l’outre-mer, ainsi que les réflexions et analyses stratégiques, territoriales ou thématiques. Elle assure la conduite ou le suivi de la dépense de l’État outre-mer et participe à l’élaboration et à la synthèse des statistiques nationales relatives à l’outre-mer.
Compostion de la sous-direction :

  • Le bureau de la statistique et du système d’information (BSSIOM) Le bureau de la statistique et du système d’information outre-mer joue notamment un rôle de prestataire de service interne : il produit des informations et des statistiques exploitables à destination des bureaux de la DGOM et des ministères, en vue d’adapter l’action de l’État aux spécificités des territoires ultramarins. Le bureau doit notamment :
    • aider les décideurs publics par la mise à disposition de données, d’indicateurs de pilotage et de tableaux de bord ; 
    • faciliter la transversalité des services, en mettant à leur disposition des outils de travail collaboratif ;
    • accompagner les services de la DGOM dans leur mission de veille et de suivi des politiques menées en contribuant à la recherche, à la production et au traitement des informations statistiques relatives à l’outre-mer ;
    • assurer la gestion et le partage de la connaissance au travers du pôle documentation.
  • Le bureau de l’évaluation des politiques publiques et de la prospective (BEPPP) Les missions du bureau de l’évaluation des politiques publiques et de la prospective s’inscrivent à travers les actions suivantes :
    • de façon générale, aider les décideurs publics par la fourniture d’évaluations et d’études prospectives ;
    • conduire ou coordonner l’évaluation des politiques engagées en outre-mer aux côtés du service des politiques publiques et du service des affaires juridiques et institutionnelles, afin de justifier l’opportunité de l’intervention ou de l’inaction, améliorer les interventions, rendre compte des résultats obtenus et de l’emploi des ressources mobilisées ;
    • travailler en étroite collaboration avec la sous-direction des politiques publiques en amont, dès la conception des dispositifs, afin d’anticiper et faciliter les évaluations ;
    • assurer la veille prospective sur l’outre-mer et être en lien avec les acteurs du secteur ;
    • conduire ou coordonner des études prospectives et des réflexions stratégiques (par territoire ou thématiques) ;
    • contribuer, en tant que de besoin, aux activités des services de la DGOM : à titre d’exemple, assister les services des politiques publiques et des affaires juridiques et institutionnelles dans l’expression de leurs besoins et dans la rédaction des cahiers des charges de demande d’évaluation.
  • Le bureau de la dépense de l’État (BDE) Le bureau de la dépense de l’État est chargé des tâches budgétaires et financières de la DGOM au profit des départements et collectivités d’outre-mer. Ses missions consistent :

  • à assurer la programmation et les actes de gestion budgétaire des deux programmes de la mission outre-mer (2 000 M€), dont le compte rendu de sa performance, au profit du responsable de programme ;
  • à mettre en oeuvre la coordination interministérielle nécessaire à l’élaboration du document de politique transversale outre-mer et le suivi interministériel de la dépense outre-mer, notamment par le suivi des contrats de projets ou des contrats de développement. Il n’a pas la charge des budgets de fonctionnement des services de l’État outre-mer, ni du budget de fonctionnement de l’administration centrale, qui relèvent des directions de soutien du Ministère de l’intérieur.
 

 


 


Back to top
Ambre_Eternity
Guest

Offline




PostPosted: Sat 31 May - 20:20 (2014)    Post subject: Les Outre Mer Reply with quote

Le SMA
Leur victoire : notre réussite http://www.le-sma.com/
Qui sommes nous ?
Le Service militaire adapté est un dispositif militaire d’insertion socioprofessionnelle destiné aux jeunes volontaires les plus éloignés de l’emploi au sein des Outre-mer français.
Les grandes dates du SMA
• 1961 : Lancement du Service militaire adapté aux Antilles. Au fil des années, le SMA s’étend à l’ensemble des départements et collectivités d’outre-mer
• 1996 : Suspension du Service militaire « classique » et maintien du SMA, au vu de sa bonne prise en charge de la jeunesse en difficulté
• 2009 : Décision de doubler le nombre de jeunes accueillis par le SMA
• 2016 : Atteinte de l'objectif de prise en charge de 6 000 jeunes par an
Le SMA en chiffres …
• Environ 5 000 jeunes accueillis par an au sein des 8 formations du SMA
• 3 jeunes sur 4 insérés à l’issue de leur parcours SMA
• Un doublement des effectifs entre 2009 et 2016 : 3 000 en 2009, 5 000 aujourd’hui,
6 000 jeunes à l’horizon 2016
• 60 % des stagiaires ne sont pas titulaires du brevet des collèges
• Au moins 30 % des jeunes sont en situation d’illettrisme avant le début de leur formation au SMA
• 83 % des stagiaires obtiennent le CFG (certificat de Formation générale) à l’issue de leur parcours au SMA
• Plus de 70 % des jeunes du SMA sont titulaires du permis B en quittant le SMA
• Plus de 50 ans d'expérience et déjà 130 000 jeunes formés
Notre vision 
 
Un projet éducatif fondé sur la globalité de la personne :
• Une formation professionnelle en vue d’acquérir un savoir-faire
• Une évaluation comportementale permanente afin de garantir un savoir-être
• Une communauté de lieu pour apprendre à vivre ensemble
• Un accompagnement social individuel pour régler les difficultés passagères et construire un projet d’avenir
 
Nos missions auprès du jeune du SMA :
Lui transmettre le goût de l’effort, grâce à :
• La pratique du sport
• La valorisation du dépassement de soi (mise à l’honneur, avancement en grade, attribution de brevets et qualifications…)
• L’adhésion à la discipline militaire
 
Lui réapprendre à vivre en collectivité, par :
• L’assimilation des règles de vie en collectivité : politesse, hygiène, respect des règlements et des consignes, respect de l’autorité
• L’apprentissage du savoir donner : contribution aux tâches de la vie quotidienne de l’internat, acquisition des gestes de premiers secours (PSC11, CSST2) et participation à des missions d’aide aux populations locales (séisme d'Haïti, cyclone Olie, épidémie de chikungunya...).
 


Porter un regard nouveau et confiant sur sa vie 
 
 
  
 
 
1. Prévention et secours civiques de niveau 1 - 2. Certificat de sauveteur  secouriste du travail   Lui faire prendre confiance en lui, par :• Un commandement associant autorité et bienveillance
• L’appartenance à une réelle communauté de lieu et d’esprit : vie en internat militaire, port de l’uniforme, solidarité au sein du groupe
• La construction d’un projet professionnel personnel
• La reconnaissance de petites et grandes réussites : permis B, CSST, qualifications professionnelles…
 



     


LES 5 RÈGLES D'OR :
 
1. ÊTRE À L'HEURE
2. ÊTRE EN TENUE
3. RESPECTER LA SÉCURITÉ
4. TRAVAILLER EN ÉQUIPE
5. RESPECTER SON CHEF
    ET RENDRE COMPTE


 
 
 
Notre public bénéficiaire
Le SMA accueille…


  
 
 
Oser la réussite 
 
 
       
 
 
• Des hommes et des femmes • Résidents des départements et collectivités d’Outre-mer
• Âgés de 18 à 26 ans
• Volontaires pour s'engager au SMA
• En risque important de désocialisation
 
 En priorité…
• Les candidats les plus démunis
• Les plus faiblement diplômés
• Les jeunes en situation d’illettrisme
 
Le SMA sélectionne également sur…
• L’aptitude physique et psychologique à la vie militaire
• La volonté de faire évoluer sa situation sociale et professionnelle
 
Les stagiaires sont recrutés grâce à un large réseau de partenaires prescripteurs :
Pôle emploi, Missions locales d’insertion et acteurs spécialisés du monde associatif
 
 


Renouer avec l'effort 
 
 
Gouvernance   Le Conseil du Service militaire adapté est une instance collégiale consultative créée par décret le 12 juillet 2011.Ce conseil est chargé de proposer les orientations stratégiques pour les politiques de recrutement, de formation et d’insertion conduites par les formations du SMA. Il réalise également, à la demande du ministre chargé de l’outre-mer, des études et recherches sur les perspectives et les projets de développement du SMA.


L’inauguration officielle du Conseil du SMA a eu lieu le 20 décembre 2011. 
 
 
  
 
 
Composition du Conseil du SMA : 
 
 
Président : M. le général d’armé (2S) Bernard THORETTE, conseiller d’état en service extraordinaire. 
 
 
Vice-président : M. George ASSERAF, président de la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP). 
 
 
  
 
 
Membres de droit : 
 
 
- M. le préfet Vincent BOUVIER, délégué général à l’outre-mer, - M. l’Amiral Edouard GUILLAUD, chef d’état-major des armées, - M. Bertrand MARTINOT, délégué général à l’emploi et à la formation professionnelle,- M. Rémi FRENTZ, directeur général de l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances,
- M. François-Xavier BIEUVILLE, directeur général de l’Agence de l’outre-mer pour la mobilité,
- M. le général Dominique ARTUR, commandant le service militaire adapté.


  
 
 
Personnalités qualifiées : 
 
 
- M. Charles DE BATZ de TRENQUELLEON, directeur général de l’Etablissement public d’insertion de la Défense (EPIDE), - M. Patrick BESSE, directeur de l’Institut d’émission des départements d’outre-mer (IEDOM), - M. Richard BOISSON, sous-préfet chargé de la cohésion sociale et de la jeunesse auprès du préfet de La Réunion,- M. Christian CHARPY, ancien directeur général de Pôle Emploi,
- M. Jean-Pierre FREMONT, président de la délégation à l’outre-mer du Conseil économique, social et environnemental,
- M. Yves HINNEKINT, directeur national d’OPCALIA,
- Mme Colette KOURY, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Guadeloupe,
- M. Jean-Pierre PHILIBERT, président de la Fédération des entreprises d’outre-mer,
- M. Pierre TAPIE, président de la Conférence des grandes écoles, directeur général de l’ESSEC.


  
 
 
Parlementaires : 
 
 
- M. Félix DESPLAN, sénateur de la Guadeloupe, - M. Gérard CHERPION, député des Vosges.


Groupement du Service militaire adapté 
 
 
de Polynésie française 
 
 
http://www.gsma.pf/ 
 
 


Back to top
110
Admin
Admin

Offline

Joined: 17 Aug 2013
Posts: 3,891
Localisation: Marseille / Toulon / Montréal
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 猪 Cochon
Point(s): 8,384,607
Moyenne de points: 2,154.87
Animaux: 1
NON

PostPosted: Sat 31 May - 20:21 (2014)    Post subject: Les Outre Mer Reply with quote

Très franchement, Sincères félicitations à cette initiative, redoutable d'efficacité !

Merci de ce nouveau Partage, Rêves & Parfums.
_______________
Quand je fais le mal, je le fais de moi-même. Quand je fais le bien, c'est dieu qui le fait au travers de moi. Donc, ma manière de coopérer avec lui, c'est qu'il opère seul. PLANCK


Back to top
Skype
Ambre_Eternity
Guest

Offline




PostPosted: Sat 31 May - 20:22 (2014)    Post subject: Les Outre Mer Reply with quote

J'ai été détachée à ce Ministère, responsable du Bureau "transport",
transit du personnel (et famille) vers les Outre-Mer du SMA.
De là, j'ai été affectée au HC en PF...


Back to top
110
Admin
Admin

Offline

Joined: 17 Aug 2013
Posts: 3,891
Localisation: Marseille / Toulon / Montréal
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 猪 Cochon
Point(s): 8,384,607
Moyenne de points: 2,154.87
Animaux: 1
NON

PostPosted: Tue 3 Jun - 18:02 (2014)    Post subject: Les Outre Mer Reply with quote

Rire je vais faire attention alors !
_______________
Quand je fais le mal, je le fais de moi-même. Quand je fais le bien, c'est dieu qui le fait au travers de moi. Donc, ma manière de coopérer avec lui, c'est qu'il opère seul. PLANCK


Back to top
Skype
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 08:51 (2019)    Post subject: Les Outre Mer

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> RÉFÉRENCEMENTS -> Liens directs All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation

Template SG-1 by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

... ga(‘set’, ‘&uid’, {}); // Définir l'ID utilisateur partir du paramètre user_id de l'utilisateur connecté. ... http://localhost:8080 https://myproductionurl.www.forum-le-nautile.com (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-51495022-1', 'auto'); ga('require', 'GTM-WGNFT9W'); ga('send', 'pageview');