… www.forum-le-nautile.com …

bxa22vnklusn.forum-le-nautile.com. gv-no2wa4iqyhtseg.dv.googlehosted.com Le.Nautile - Partage des Savoirs :: Les chiens de Guerre
Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index Le.Nautile - Partage des Savoirs
De l'Homme à l'animal
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Certification du label Qualité : forum-le-nautile.com certifié de qualité par DNSLookUp Traduction des 58ères langues officielles en sélectionnant la langue de votre choix.
Les chiens de Guerre

 
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> INTERNATIONAL -> Droit
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Thu 30 Jul - 10:55 (2009)    Post subject: Les chiens de Guerre Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
LES CHIENS DE GUERRE...

...

Il existe dans certaines armées des brigades canines, les chiens étant parfois considérés comme du matériel militaire au même titre qu'un fusil.En effet, dès 1830, les chiens y furent utilisés ponctuellement. Une compagnie de 40 chiens fut même créée en 1836 par le capitaine Blanqui pour monter la garde autour de ses bivouacs.

Cela n’empêcha pas la France d’être la dernière des nations européennes à s’intéresser à la cynophilie militaire. Sa mise en place fut très lente et progressive à partir de 1887. L’armée française ne comptait que 250 chiens dans ses rangs en août 1914 forçant le commandement à faire appel à des chiens de réquisition
C'est une instruction ministérielle du mois de novembre 1915 qui régla le statut des chiens de guerre. Elle répartissait le travail entre deux catégories de chenils : ceux de l'arrière et ceux de la zone des armées. Les premiers étaient chargés du recrutement des sujets et de la première partie de leur dressage, qui devait être complétée non loin du front.

Lors de la 1ère guerre mondiale, les chiens constituèrent une aide précieuse pour les armées européennes, de grandes responsabilités reposaient sur leurs épaules.
Toutes les races de chien participent aussi à la défence nationale. L'armée a besoin dans son organisation de plusieurs milliers d'individus de l'espèce canine. Ils sont employés aux écoutes dans les postes avancés, dans les ambulances, où ils rendent de magnifiques services.

Le chien de guerre a son livret militaire, portant son matricule; il touche une ration personnelle composée de 650 grammes de viande, 350 grammes de pain, 100 grammes de riz ou de pâte, 300 grammes de légumes frais et 15» grammes environ de sel.

La création, en 1939, d’un service de chiens de guerre dépendant de l’infanterie ne permit pas pour autant la mise sur pied d’unités cynophiles.

Entre 1954 et 1962, 4 000 chiens participèrent aux opérations militaires en Algérie, alors que leur nombre n’atteignait que 40 en 1950. Cet essor important que connut ce qu’il est convenu d’appeler la cynotechnie militaire s’explique en partie par l’expérience indochinoise mais surtout par le type de tactique adoptée par l’armée française au cours du conflit.

En 1949 fut créé le 10e groupe vétérinaire (GV) à Lynx (Allemagne) chargé de l’achat et du dressage des chiens militaires. C’est là que furent mis au point un certain nombre de techniques cynophiles nouvelles (dont celle de cyno-commando anti-char en 1952).

Avec l’Indochine, l’usage des chiens se développa avec notamment leur utilisation au sein des troupes aéroportées.

En Tunisie les chiens furent utilisés à partir de 1952. Leur nombre passa de 12 à 225 en quelques mois, avec la création de 6 pelotons cynophiles
En Algérie, on comptait 245 chiens au début de 1954 (1). En novembre, 160 chiens supplémentaires furent amenés d’Allemagne. Leur nombre passa à 1 534 en 1956 puis à 1980 en 1961 pour l’armée de Terre où ils étaient répartis en 99 pelotons cynophiles.

La gendarmerie, qui disposait d’environ 160 chiens de garde et de piste, avait son propre chenil situé à Beni-Messous. En tout, entre 1954 et 1962, plus de 4 000 chiens furent engagés en Algérie. Etant donné les délais nécessaires pour le dressage des chiens, il fallut attendre 1958 pour que le dispositif cynophile connût une réelle efficacité.

Le service vétérinaire d’Algérie assurait le soutien des opérations sous la direction des trois directeurs d’Oran, Constantine et Alger. Il était renforcé par une centaine de vétérinaires du contingent qui suivaient un stage au centre d’instruction du service vétérinaire de l’Armée (C.I.S.V.A.) à Compiègne avant d’être envoyés en Algérie. En 1954, il ne disposait que de deux établissements hippiques : un établissement hippique principal à Mostaganem et un établissement hippique secondaire à Saint-Arnaud. Suite à la création en leur sein de pelotons cynophiles et afin d’assurer le soutien des unités cynophiles nouvellement créées, ils furent transformés le 1er février 1955 en 31e et 32e groupe vétérinaire (G.V.). Le 1er août 1956 fut créé le 33e G.V. à Blida qui devint le 541e G.V. lors de la dissolution de celui-ci. Les G.V. dits « de corps d’armée » étaient en fait placés sous l’autorité directe du directeur central qui siégeait à Alger. Les pelotons demeuraient sous le contrôle du directeur de corps d’armée assisté, en principe, d’un officier cynophile (CY) de corps d’armée.

"Les chiens de guerre, sont à l’honneur. Une vingtaine d'entre eux viennent d'être cités à l'ordre de leur régiment; d'autres ont été décorés d'une étoile (insigne de l'éclaireur) par le président de la République en personne; et un comité de braves gens rêve d'élever un monument « Aux chiens de la grande guerre »...

Et le jour tant désiré où nos héroïques soldats défileront sous l'Arc de Triomphe de l'Etoile, aux bravos qui les salueront, nous en joindrons quelques-uns pour nos vaillants toutous qui, eux aussi, auront bien mérité de la patrie."
Les américains et les israéliens utilisent des chiens dans leurs interrogatoires des prisonniers musulmans (Guantanamo, Abu Ghraib, prisons israéliennes) sachant quelle aversion ceux ci ont pour les chiens considérés comme impurs. Les chiens sont devenus des instruments de torture comme l'ont révélées des photos d'Abu Ghraib.


...

Aux heures de loisir les hommes s'amusent à dresser des animaux.Utiles à nos poilus par les distractions qu'ils leur apportent dans cette vie de tranchées, où les heures sont parfois si longues et toujours si monotones!


Bombe ambulante
Les chiens et les chats ont également été utilisés comme armes létales. L'armée américaine a utilisé ce qu'elle appelait des « chiens de tanks ». Les bébés chiens étaient séparés de leur mère dés le plus jeune âge et ne recevaient de nourriture que sous un tank. Dans les zones de combat, affamés, et portant des charges explosives sur le dos, apeurés, ils se réfugiaient sous les tanks des allemands, explosant, les détruisant et se détruisant avec. L'armée russe emploie également ce type de méthode.


Pour mettre le feu
Des chiens, des chats, des renards, ont été utilisés depuis des siècles pour propager le feu, notamment pour détruire les récoltes. Attachés à la queue de l'animal, un chiffon imbibé d'un produit inflammable était allumé, provoquait la panique de l'animal qui courait dans les récoltes provoquant un départ de feu. Cette tactique a été utilisée par les forces anti castristes dans les années 60 pendant l'opération Mongoose, une opération dirigée par la CIA pour provoquer la chute de Fidel Castro.


Les Chiens démineur
A la différence du chien d'explosifs, qui cherche 'tout azimut' la présence de diverses bases chimiques pouvant entrer dans la composition des explosifs, le chien démineur est utilisé par les militaires pour signaler la présence de mines anti-personnelles, soit en s'asseyant devant, soit en s'en éloignant, ce qui permet aux soldats de marcher dans ses traces en toute sécurité. Le chien démineur, tenu en longe, progresse toujours en ligne droite devant son maître ou parallèlement à lui si ce dernier est par exemple sur une route et veut faire inspecter un terrain en bordure à son animal. Les chiens utilisés sont majoritairement des bergers allemands


Les Chiens détecteur d'explosif
La détection d'explosifs est un art délicat. Le chien chargé de cette mission doit non seulement avoir un bon flair mais encore un tempérament calme et proche du maître. Par nature, les explosifs sont dangereux. Pour la sécurité des personnes environnantes et du chien lui-même, ce dernier ne doit en aucun cas faire preuve d'agitation ou prendre des initiatives. Il est hors de question, lorsque ce dernier détecte la présence de matériaux explosifs (poudre, plastique, nitroglycérine), qu'il signale sa découverte en grattant l'objet incriminé ou en aboyant bruyamment. Pour cette raison, le maître est toujours aux côtés de son chien, qu'il tient en laisse et ne laisse pas travailler seul. Cet exercice demande une réelle complicité entre le conducteur et son chien : comme l'animal n'a aucun moyen de manifester lorsqu'il détecte la présence de matières dangereuses, le maître doit être capable de deviner la situation par la simple observation de son équipier à quatre pattes (on appelle ça 'lire' son chien) : fixité et direction du regard, position des oreilles, de la tête, du fouet... Si le berger allemand reste le chien le plus employé dans ce domaine pour son caractère réfléchi et proche de l'homme, le labrador et même le malinois, malgré son tempérament fougueux, sont également utilisés avec succès.


Les Témoignages
« Dans la guerre » de Alice Ferney

Lettre de Jules à son épouse, Félicité :

« Je dois aussi te parler de Prince qui fait ma joie. Si tu pouvais le voir ! Il faut que tu saches que ce sacré animal a fait ses classes brillamment. Sentinelle et patrouilleur, il l’est naturellement. Tu te souviens comme il entend et flaire tout ! Au premier commandement il cesse d’aboyer et se tient parfaitement silencieux au moindre bruit qu’il entend. Il a appris à reconnaître l’ennemi. Puis à geindre doucement quand il le sent proche. C’est extraordinaire comme tout cela s’est fait vite. On dirait que ce chien a compris l’esprit de la guerre. Voir sans être vu, tuer sans être tué, dit notre lieutenant (…) Notre Prince sait cela.

Lorsque l’avancée est sans danger, il agite gaiement la queue et marche à côté des soldats qu’il accompagne. Ils peuvent alors êtres sûrs qu’ils ne sont pas observés et se sentent en paix. D’ailleurs ils l’adorent ! A leurs yeux Prince est une sorte d’extralucide, un voyant, un être plein de savoirs mystérieux dont nul ne saurait déjouer les perceptions puisque ne lui échappent ni l’invisible, ni le faux silence. Vois-tu ma chérie, une sentinelle et un chien en valent deux. Un patrouilleur avec Prince se sait en sécurité.

La confiance des hommes naît dans le silence du chien. Cette sérénité momentanée est précieuse : on ne peut pas toujours trembler pour sa vie. Il faut reposer sa peur. On ne gagne pas une guerre si on ne fait que la craindre. »



...
CHIEN PATROUILLEUR...Comme son nom l'indique, il est chargé d'explorer le terrain et de signaler la présence d'un ou de plusieurs ennemis.

Un autre cas de l'utilité d'un chien est enregistré dans la prise d'une ferme du Bois BruIé (Burnt Wood). Tout le monde pensait que les Allemands se cachaient dans la ferme, et aucune patrouille n’avait osé s'en approcher. Finalement, un homme y est allé dans la nuit avec un chien en laisse vingt mètres devant lui. L'animal ne montrait aucun signe de malaise, et la ferme était vide.
Le Dressage
On habitue le futur patrouilleur à faire un va-et-vient entre deux carrés de toile assez semblables à des fanions posés à plat sur le sol et sur lesquels il s'assied.
Lorsque le chien est suffisamment habitué à cet exercice, on place sa pâtée sur l'un des fanions que l'on a caché avec soin, et l'on dit au chien: « Va chercher! »
Le chien devient rapidement habile à trouver le fanion qui recèle sa nourriture; le moment est venu de corser l'exercice.

Après avoir laissé quelquefois le chien manger tranquillement sa pâtée, on fait de nouveau intervenir le figurant déguisé en Boche: il se montre au moment où le chien va manger et l'excite. Il n'est pas nécessaire d'être un subtil psychologue pour deviner que l'intrus est mal reçu.

A ce moment, le dresseur rappelle le chien: celui-ci revient en grognant.
Plus tard, on supprime le second fanion et la pâtée: on lance le chien qui rencontre le Boche, puis on le rappelle et on le récompense quand il revient en grognant.

Lorsque ce résultat est obtenu, le patrouilleur est mûr pour la tranchée où il rendra de sérieux services.


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Thu 30 Jul - 11:22 (2009)    Post subject: Les chiens de Guerre Reply with quote

Combien de nos malheureux blessés doivent leur salut au flair, au courage, au dévouement de ces intelligents animaux! Combien de vies humaines ils ont arrachées à la mort! Quelle inlassable patience ils mettent à la recherche des blessés, des hommes disparus!

...

"Le service des chiens sanitaires, en France, ne date guère. C'est un médecin-major, M. Rudler, qui forma le premier élève. Il a lui- même raconté le difficile dressage de son chien Stop: « Le chien étant près de moi, les yeux bandés et tenu en laisse par ma femme, qui a plus fait pour son dressage que moi-même, je m'éloignais en traînant les pieds à terre et me cachais. Stop pleurait. On lui découvrait les veux au commandement: « Cherche! Perdu! » Il n'avait plus qu'une idée, me retrouver, et courait à toute vitesse sur ma piste. Lorsqu'il m'avait rejoint, ma femme commandait: « Assis! A terre! » et le récompensait. Puis ma femme joua le rôle du blessé et moi, celui du dresseur; plus tard, Stop travailla sans difficulté avec un dresseur et un blessé quelconques. On augmenta les distances, on lui fit perdre la piste, ce qui l'habitua peu à peu à battre un terrain inconnu, sans savoir si un blessé y était ou non caché. » Stop prit part aux manœuvres de 1907 et y obtint un succès considérable. Après la bataille figurée, il partait à la recherche des blessés — ou soi-disant tels — et se hâtait d'attirer l'attention des brancardiers, dès qu'il les avait découverts.

Stop eut bientôt de nombreux émules. Si bien qu'à la revue du 14 juillet 1914, à Longchamp, la foule put voir défiler une petite escouade de citions dits « bouviers des Flandres », ceinturés d'un calicot blanc portant la Croix-Rouge et tenus en laisse par des soldats brancardiers. Les spectateurs qui leur firent fête étaient loin de se douter qu'ils auraient bientôt à faire leurs preuves sur le champ de bataille.

Nous avons aujourd'hui, sur le front, plus de 300 chiens sanitaires qui, depuis des mois, rivalisent d'intelligence et de courage pour sauver nos blessés. Malinois,gronendaëls, bergers de Brie, tous sont devenus pour nos soldats de vrais camarades, dont on ne compte plus les prouesses.
La « Société nationale du chien sanitaire » a fourni nombre d'élèves qui se sont illustrés. L'histoire de l'un d'eux, le brave Truc, prouve que la valeur ne se mesure pas toujours à la taille.

Truc n'était point un de ces grands molosses dont l'aspect épouvante tout d'abord. C'était un petit, tout petit fox, blanc avec des taches noir et feu: Sa couleur trop voyante aussi bien que sa taille excluaient toute idée d'en faire un chien de guerre. Mais il ne l'entendait pas ainsi et chaque jour, à travers la barrière qui le séparait du champ de dressage, il suivait avec un intérêt visible les exercices de ses camarades plus favorisés.

Un jour, il n'y tint plus. Profitant de ce que la barrière était eut l'ouverte, il bondit, se précipita sur un homme qui figurait un soldat blessé, lui enleva son képi et vint tout triomphant l'apporter à son maîlre.

On ne pouvait négliger de si belles dispositions. L'éducation de Truc fut complétée et, quinze jours après, il partait sur le front.

Ceci se passait au début de la guerre. Truc assista à plusieurs engagements et s'y conduisit à merveille. Mais un beau jour on le vit reparaître. Son infirmier avait été tué dans les derniers combats de la Marne et le petit toutou était revenu tout seul de Château-Thierry à Paris. Secourir et signaler les blessés n'est pas la seule tache dont s'acquittent les chiens."

C'est Tom, allant ranimer par ses caresses un soldat blessé et tombé dans un ravin en Argonne, l'aidant à se relever et le ramenant à l'ambulance;

Tambour, découvrant, après la bataille, un lieutenant blessé dans un champ de betteraves;

Rilo, qui fit merveille en Alsace et dont le maître est lui-même engagé volontaire à soixante-cinq ans!

C'est Pick, qu'une balle allemande vient de blesser mortellement au liane...





http://pagesperso-orange.fr/historiqueduchien/utilisation/guerre/guerre.htm…


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Thu 30 Jul - 11:35 (2009)    Post subject: Les chiens de Guerre Reply with quote

HOMMAGE A NOS MEILLEURS AMIS...

...

...

...

...

...

Un immense Merci à tous ces animaux qui ont de part leur courage et
leur intégrité sauvé nombre de Vie durant nos Guerres...


Back to top
cent.dix
Guest

Offline




PostPosted: Fri 31 Jul - 13:10 (2009)    Post subject: Les chiens de Guerre Reply with quote

Le binome Maître / Animal est en parfaite symbiose. J'ai eu la chance d'en croiser au cours de ma vie.

Infiniment merci de ce vibrant hommage Ma Lolane, Ange


Back to top
K 2
Maître des Clefs
Maître des Clefs

Offline

Joined: 13 Jul 2013
Posts: 7,206
Localisation: 887 Pays, parfois au-delà
Masculin
Point(s): 8,005,470
Moyenne de points: 1,110.95
Animaux: 0
K 2

PostPosted: Fri 10 Jan - 22:03 (2014)    Post subject: Les chiens de Guerre Reply with quote

Vote du Sujet


_______________
Rappelons que l'intelligence n'est pas faite pour briller mais pour s'adapter et comprendre.
TEHODORIC


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> INTERNATIONAL -> Droit All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation

Template SG-1 by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

... ga(‘set’, ‘&uid’, {}); // Définir l'ID utilisateur partir du paramètre user_id de l'utilisateur connecté. ... http://localhost:8080 https://myproductionurl.www.forum-le-nautile.com (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-51495022-1', 'auto'); ga('require', 'GTM-WGNFT9W'); ga('send', 'pageview');