… www.forum-le-nautile.com …

bxa22vnklusn.forum-le-nautile.com. gv-no2wa4iqyhtseg.dv.googlehosted.com Le.Nautile - Partage des Savoirs :: Le viol conjugal
Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index Le.Nautile - Partage des Savoirs
De l'Homme à l'animal
 
 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Certification du label Qualité : forum-le-nautile.com certifié de qualité par DNSLookUp Traduction des 58ères langues officielles en sélectionnant la langue de votre choix.
Le viol conjugal

 
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> INTERNATIONAL -> Droit
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Fri 31 Jul - 15:41 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
LE VIOL...CONJUGUAL...ET AUTRE...

Définition :

"Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol". La loi française (article 222.23 du Nouveau Code Pénal) précise que le viol est passible de la Cour d’Assises. La peine encourue peut aller jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle,en cas de circonstances aggravantes. Depuis 1990, la Cour de cassation reconnaît le viol entre époux.

Que dit la loi


- On distingue le viol- qui est la "pénétration sexuelle"- des autres agressions sexuelles.

- La loi considère plusieurs formes de viols. En effet, le viol désigne toute pénétration sexuelle, qu’elle soit vaginale, anale (sodomie) ou orale (fellation), ou pénétration sexuelle par la main ou par des objets.

- La loi prend en compte un viol commis par une femme, par un homme ou par un enfant, que la victime soit connue ou inconnue de l’agresseur. Le violeur peut, circonstances aggravantes, faire partie de la famille ( mari, parents, frères, soeurs, etc..) ou être extérieur à celle-ci (voisin, employeur, inconnu).

- Quels sont les moyens employés par l’agresseur ? "Violence, contrainte, menace ou surprise",il y a donc viol dès lors que l'agressé n'est pas consentant.

- Toute relation sexuelle est un délit pour les victimes de moins de 15 ans.


Que faire après un viol?

La première chose à faire est d'en parler
Si vous ne parvenez pas à parler, appelez une permanence téléphonique (SOS VIOLS - INFORMATIONS 0800 05.95.95 - Appel anonyme et gratuit pour toute la France)

Agir sur le plan médical
1. Ne pas se laver, et ne laver pas vos vêtements: les traces de sperme, sang et griffures que votre agresseur a laissé peuvent être utilisées pour le compromettre.
2. Allez voir un médecin: une consultation est indispensable pour vous prescrire les examens nécessaires, la "pilule du lendemain" et un dépistage contre d'éventuelles MST.
3. Faites-vous remettre un certificat qui constate les traces visibles du viol, indispensable lors du procès et en vue de la demande de dommages et intérêts.
4. Demandez un certificat d'incapacité Totale du Travail, nécessaire également pour des dommages et intérêts. Si vous en avez la possibilité, adressez-vous à un service hospitalier d'urgence médico-judiciaire, le médecin "expert" peut éviter la répétition d'expertises médicales.





B- Violences & Harcèlement conjugaux

Définition


"La violence conjugale est une forme de violence qui s'exerce entre membres ou ex-membres d'un couple, quel que soit ou ait été la nature de celui-ci".
Il existe de nombreuses formes de violence conjugale:
- viol
- chantage
- insultes
- menaces
- instauration d'un climat de peur
- coups
- interdiction de sorties
- confiscation de l'argent de poche...

"Le harcèlement conjugal consiste en des agissements répétés d'un conjoint ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de la vie conjugale. Selon les cas, le harcèlement porte atteinte aux droits du conjoint ou à sa dignité, il altère sa santé physique ou mentale et peut compromettre son avenir ". Exemples de comportements de harcèlement conjugal: isolement de la victime, injures, violences verbales, systématisation des vexations pendant une période plus ou moins longue et modification de la santé psychique de la victime.

Cependant, et fait peu connu: "le crime le plus sous-estimé n'est pas la femme battue, mais le mari battu". (Suzanne Steinmetz)

En 2005, lors de la campagne nationale de prévention et de sensibilisation pour dénoncer les violences conjugales faites aux femmes, de nombreuses chaînes de TV ont un diffusé un film montrant une jeune femme terrorisée qui court dans la forêt et qui se retrouve coincée devant un mur. Le clip dit: "Chaque jour en France, une femme sur dix vit dans la terreur au sein même de son foyer". Une femme peut être piégée, dans son propre foyer, sous son propre toit.


Profil de l'homme violent
"Le plus fréquemment, les hommes violents sont des hommes ordinaires", on les retrouve dans toutes les catégories socioprofessionnelles. Ils savent donner d'eux-mêmes une image respectable, ils sont serviables, on les dit souvent gentils: leurs proches connaissent rarement leur comportement et sont bouleversés lorsqu'un drame arrive.


Dans quel but une personne est-elle violente?

- Désir de contrôle sur son (sa) partenaire.
- Moyen de régler un conflit et d'obtenir satisfaction rapidement.
- Incapacité de communiquer autrement.


Pourquoi reste-t-on sous l'emprise d'une personne violente?

- Espoir d'une modification du comportements du conjoint
- Volonté de maintenir la cellule familiale
- Peur de représailles sur les enfants
- Sentiment d'exagérer la situation, culpabilise et essaie de minimiser les faits
- Pressions extérieures, claires ou inconscientes, en particulier des groupes communautaires
  et/ ou communautés religieuses.
- Abandon, désintérêt ou peur de la part de l'entourage: la femme se retrouve souvent seule
  à devoir affronter les difficultés et à organiser son départ
- On ne sait pas où s'adresser, ni à qui faire confiance, on méconnait ses droits.
- Obstacles matériels et financiers: où habiter, comment retrouver du travail...
- Chantage au suicide du conjoint ou menaces de mort
- Peur panique devant l'obligation d'affronter le système judiciaire
- Peur d'être mal accueilli dans les commissariats et au moment de porter plainte.
- Quand il s'agit d'un père violent, les enfants s'cachent et ce qu'ils subissent ils n'en parlent pas pour protéger l'entourage du Père...

 
 
  


C- LA LOI: LES PEINES ENCOURUES  
 
Définition du code pénal, amendes et peines d'emprisonnement

L'agression sexuelle - Article 222-22 du Code pénal
Constitue une agression sexuelle, toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. L'agression sexuelle est punie d'une peine de 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

2. L'atteinte sexuelle - Article 227-25 du Code pénal
C'est le fait, par un majeur, d'exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d'un mineur de moins de quinze ans. Si la victime est âgée de 15 à 18 ans, il est nécessaire pour que l'infraction soit constituée qu'il y ait violence, contrainte, menace ou surprise. La peine encourue est de 2 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros.

L'atteinte sexuelle aggravée - Article 227-25 du Code pénal
La répression de l'atteinte sexuelle peut être aggravée lorsqu'elle est commise par un ascendant légitime, naturel ou adoptif, par une personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions, par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice ainsi que lorsqu'elle s'accompagne de rémunération.
Les tiers ayant abusé de l'autorité que leur confèrent leurs fonctions sur un mineur âgé de plus de 150ans peuvent également faire l'objet de sanctions. Le viol - Articles 222-23 et suivants du Code pénal
"Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol." La peine encourue peut aller jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle.
Le viol aggravée - Article 222-24 du Code pénal
Ce viol est puni de 20 ans de réclusion criminelle:
- s'il a entraîné une mutilation ou une infirmité permanente
- s'il est commis sur
  . un mineur de quinze ans
  . une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une infirmité, à une déficience
    physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de l'auteur
  . par un ascendant naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime.

- s'il est commis par :
  . une personne qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions
  . plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice

- s'il est commis avec usage ou menace d'une arme.

Mort et actes de barbarie - Article 222-25 et 132-23 du Code pénal
Le viol est puni de 30 ans de réclusion criminelle lorsqu'il a entraîné la mort de la victime.
Il est puni de la réclusion criminelle à perpétuité lorsqu'il est accompagné d'actes de barbarie avec une période de sûreté pouvant aller jusqu'à 22 ans.

Vous avez connaissance d'une infraction mais vous ne la signalez pas  434-3 du Code pénal

Le fait pour quiconque ayant eu connaissance de mauvais traitements ou privations infligés à un mineur de quinze ans ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d'une maladie, d'une infirmité, d'une déficience physique ou psychique ou d'un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende.
Sont exceptées des dispositions qui précèdent, les personnes astreintes au secret professionnel (article 226-13).




OU TROUVER DE L'AIDE?

 
SOS femmes.com: contacts téléphoniques nationauxhttp://www.sosfemmes.com/ressources/contacts_tel_national.htm
 
Le Collectif Féministe Contre le Viol (CFCV)
 
Le commissariat le plus proche avec les pages jaunes
 Groupe de parole. Tel: 022 345 20 20

Femmes Info Service (01 40 33 80 60): pour assister les victimes de violences conjugales.

 Victoria Mizrahi: therapeute de couple, violences et maltraitances, pour prendre rendez-vous, chat room directe: ICI

 
 
  


COMMENT SE RECONSTRUIRE ET RETROUVER L'ESTIME DE SOI APRÈS?


 
 
Pour poser vos questions en direct
et prendre rendez vous http://www.ecoute-psy.com/violence_sexuelle.htm#ME PARLER EN DIRECT : CLIQUEZ ICI !
 
 
  
 
 
 Visiter le site d'Isabelle BAYER
Psychologue, spécialiste de l'Estime de soi 
 




Pour revivre normalement, il va falloir parler, et pour réparer, une reconstruction est nécessaire. Certes, les méthodes de relaxation, le sport, l'art ou la musique seront bénéfiques parce qu'ils sont autant de moyens d'expression de votre souffrance, mais ils ne remplaceront pas le travail de restructuration de la personnalité. Penser les maux, exprimer ses blessures, trouver les mots pour le dire, faire sortir à l'extérieur ce qui brûle à l'intérieur est la seule façon de ne pas se détruire à petit feu. Il existe de nombreuses thérapies qui seront d'un grand soutien.

Il semble que dans un premier temps, le travail en groupe facilite la reconstruction. Entendre d'autres personnes parler, partager sa douleur, savoir que la honte, la culpabilité, le dégout sont aussi connus du groupe de parole, c'est déjà ne plus être seul. De plus, il est vrai qu'une personne qui a vécu la même chose apporte une aide particulière. Par la suite, lorsque certains mots seront dits et entendus, on pourra commencer une thérapie personnelle. La porte ne sera plus verrouillée comme après le traumatisme.

 
Les crimes d'honneur: "crime perpétré, principalement en Turquie, au Pakistan et en Jordanie, par la famille d'une femme soupçonnée d'avoir eu des relations sexuelles en dehors du mariage, qui a exprimé le souhait d'épouser l'homme de son choix, qui demande le divorce ou qui est victime d'une agression sexuelle... L'homme a qui elle "appartient" devient la victime dont l'honneur a été souillé: il ne peut être lavé que par la mort de cette femme".  
 
  
 
Définition de l'inceste par M. ANTONIOTTI-TRUCHOT - Avocat au barreau de Marseille.
 "
Ni la profession ni le statut social ne peuvent être des arguments retenus pour innocenter un individu" (Droit de réponse du CFCV).

 
Abus sexuels commis par des professionnels de la santé

 
Le droit européen. Les lois françaises ne sont pas en conformité avec la directive européenne quant à la définition du harcèlement sexuel, l’obligation de l’employeur en matière de prévention du harcèlement sexuel, la mise en place de «sanctions effectives, proportionnées et dissuasives», la réparation accordée aux victimes de harcèlement sexuel.


Last edited by Lolane on Fri 31 Jul - 16:16 (2009); edited 2 times in total
Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Fri 31 Jul - 15:51 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

......

......

DIRE ET DENONCER !!!





Last edited by Lolane on Mon 23 Nov - 17:45 (2009); edited 3 times in total
Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Fri 31 Jul - 16:07 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Ange ...
Ont elles le choix... Les organismes ??? Les structures d'acceuil ??? L'écoute nécessaire...???
LE CHOIX ???


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Fri 31 Jul - 16:19 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

...Je voulais juste poser une question car après tout ...

Je n'ai lu ici que des histoires qui m'ont données envie de pleurer, affreuses toutes plus les unes que les autres.
Moi cela n'a rien à voir. Ce n'était pas mon père, ni un oncle, personne de ma famille, ce n'était pas un accident, c'était tous les jours.
Pourquoi je me sens coupable ? Parce que moi je n'avais justement pas 13 ou 15 ans, que j'aurais du partir... Que je n'ai pas réagi.Tout à commencé un peu avant mes 18 ans. Je l'ai rencontré par hasard, il était très sympa on a tout de suite sympathisé, il était super.
  Quelques mois plus tard, on se revoit, toujours par hasard et la on se revoit et ainsi de suite. Lorsqu'il m'embrasse j'ai 18 ans et demi. Il est doux et attentionné, c'est mon premier petit ami, j'ai toujours été très sérieuse et surtout particulièrement réservée.
  Il patiente quelques mois avant le premier rapport. Tout se passe à merveille comme dans mes rêves de petite fille, ce souvenir est impérissable même si je sais ce qui a suivi. Il me le faut, c'est grâce à lui que je vis. Conciliant au début, il devient très exigeant. Je ne suis pas entreprenante et lui va me montrer comment me comporter en femme. Je fais des efforts, c'est dégeulasse mais... Il me quitterait sinon.
   C'est nul et en plus je me sens minable, de ce qu'il me fait, de ce qu'il me fais faire,  DE CE QUE JE LE LAISSE ME FAIRE.

   Je crois encore avoir le choix et puis il revient d'une fête entre potes, je dors, il fait chaud. Le mois de juillet, il fait étouffant, il me saute dessus. Cette fois je ne vais pas l'emmerder avec mes simagrées, merde !  Comment le pourrais-je ? Il a frappé tellement fort que je ne sens plus rien, il fait tout ce qu'il veut. Je ne m'en rend même pas compte. Le lendemain, comme si de rien n'était, il me demande pourquoi j'ai les yeux gonflés. Je ne suis pas malade au moins ? Est ce qu'il doit appeler le docteur ? Je veux qu'il reste près de moi ? Qu'il prenne un jour de congé ? Non, je vais très bien j'ai mal à la tête et il peut aller travailler, je ne me sens pas mal car je ne me sens plus du tout. Drôle d'impression que celle d'être déconnectée, comme si on avait enlevé la prise.
 Mais au fait de quoi est ce que je me plains. Tout le monde m'avait prévenue de rester chez mes parents. Je me tais donc, il redevient gentil et prévenant, mais tout m'insulte : ses sourires, ses caresses. Il me dit qu'il m'aime et j'ai envie de le frapper.Je dois être folle, je déraille, il faut que je me reprenne. Je me reprends, je continue à faire le ménage et cætera ... De plus, je suis des cours le jour, sur le moment je voulais être interprète. Ca m'épuise mais je ne penses pas, je prends des douches et des douches, il est furieux, la facture d'eau crève le plafond, "non mais est ce que je suis dingue ?" et puis un nouveau jeu, maintenant dès que le soleil se couche, je suis "la salope". A chaque fois qu'il m'appelle comme ça c'est comme un coup de couteau et puis comme j'en suis une, il serait normal que j'agisse comme telle non ?

Alors pourquoi je le fais pas BORDEL! C'est pas grave, lui il va me montrer tout le respect que je lui dois, il va me faire voir que je ne suis qu'un petit jouet entre ses mains à qui il fais tout ce qu'il veut, il m'oblige à me déshabiller, très lentement car il veux tout voir, je dois me coucher sur le lit "ouvre tes jambes et attends moi salope". Non, je ne veux pas, je ne peux pas, il me facilite la tâche et me jette dessus. Comme ça, c'est plus simple. Tout dans l'ordre, il aimerait bien que je sois entreprenante, je ne peux pas, je suis tétanisée, c'est pas grave, la aussi il va m'aider, mais il en a marre de faire tout le boulot, c'est pas croyable ce que je peux être empotée. C'est quand même pas compliqué, d'abord je le suce, non ! face au miroir, il veux voir, ensuite je me couche, d'abord pénétration vaginale, il me demande de me retourner ...  je ne veux pas, je le supplie, non pas ça je ferais tout ce qu'il veut, absolument tout, pourvu qu'il ne me fasse pas ça, mais il en a marre.
La gifle à cogné si fort que j'ai la tête qui tourne, sans m'en rendre compte je suis sur le ventre, je me débat mais il est plus fort, un oreiller étouffe mes cris "arrête ! Tu vas déranger les voisins ! laisse moi faire ce sera vite fini, tu vas même finir par adorer ça", il retire le coussin je le supplie d'arrêter, la douleur et la hontela haine
Si je pouvais lui faire ce qu'il me fais.
"Ta gueule, t'es vraiment qu'une pute, dis moi que t'aime ça ou tu sauras vraiment ce que souffrir veux dire !
Je n'y arrive pas, à l'aide d'un couteau il m'aide à retrouver mon latin. Je le fais, je lui dis que j'adore ça et que je veux qu'il continue.
Je veux mourir.
Enfin c'est fini,
 il se lève et prends une douche.
Je me jette sur mes vêtements, ma seule protection, il vient près de moi et me demande si j'ai faim.
Non, je suis fatiguée,
bonne nuit ma chérie.

Ais-je rêvé ?
Suis je donc vraiment folle, puis ça recommence, cette fois ça va trop loin, je suis en piteux état. Il me soigne et pleure en me jurant de ne plus jamais me faire le moindre mal et il tient promesse durant les 4 années qui suivent,Physiquement, il ne me fais plus le moindre mal et tant que je ne rechigne pas trop, nos rapports se passent dans la douceur et il ne me force à aucun acte, il est tellement doux, est ce que j'ai rêvé ?
En parallèle, je dois accepter qu'il me trompe, au vu et au su de tous, même devant moi. Condition sine qua non à mon intégrité physique, Pour moi c'est chaque fois un autre viol. Ces femmes là elles, elles savent ce que faire bander un mec veut dire. Tant mieux pour elles, moi je ne veux plus penser, je ne veux qu'une chose, je suis en 1 candi de droit, je veux terminer mes études et défendre celles qui le souhaite, qui en ont besoin, qui comme moi sont terrassées par la honte car finalement de quoi se plaint on ? C'était notre compagnon, ce n'était pas la première fois qu'il nous touchait.

 Mais c'était la fois ou j'ai dis non et ou il a décidé de ne pas m'écouter, ou il a décidé que ces droits surpassait les miens et puis,ne dis t'on pas d'un homme qu'il HONORE sa compagne ou son épouse ?
 Ou est le problème, je n'ai jamais su le dire, aujourd'hui encore je ne sais où me situer. C'est la première fois que j'en parle, je ne relis rien et tape très vite pour ne pas m'arrêter, je m'excuse donc des fautes de frappe et d'orthographe. Ce que j'ai subi, c'est non seulement un viol conjugal mais aussi des tortures psychologiques.
 Non je ne peux ni ne veux parler, je veux oublier, je veux vivre et le viol conjugal est puni. Je ne porterai jamais plainte, quand je revois cet homme duquel je suis séparée depuis peu, on discute, je lui ai demandé pourquoi il m'avait fais autant de mal. Il ne vois pas de quoi je parle.
A quoi bon.
Il croit sincèrement que ce n'était ni humiliant ni traumatisant, on ne peut pas discuter avec une montagne, j'abandonne, il s'excuse pourtant des gifles, ça il ne voulais pas. C'est déjà ça... il ne comprends pas que je ne les sentaient même pas. J'essaye de vivre, de ne pas me dégoûter trop, c'est dur, je ne supporte pas qu'un homme pose les yeux sur moi, je les hais ils sont tous pourris, ils violent, ils frappent ou sont infidèles, voire les trois simultanément et j'ai fais le serment que plus jamais on ne me ferait endurer ce genre de chose.

Je sais que je me trompe et qu'il y a un tas d'hommes très gentils, cela n'empêche que je ne veux pas. Je veux juste parvenir à ne plus avoir peur d'être chez moi. Je veux poursuivre mes études et qui sait aider celles qui ont plus de courage que moi. Je veux que cela me serve de leçon, Ca ne m'arrivera plus jamais.
Merci de m'avoir lue, j'espère juste que dans ma précipitation je n'ai pas rendu ce récit incohérent.Tu peux en faire ce que tu veux, l'effacer ou le mettre dans les témoignage si cela peut servir, pourquoi pas. Si tu le mets dans les témoignages je voudrais ajouter juste une chose :
        On n'est jamais responsable des actes de violence que l'on nous fait subir
        On ne provoque jamais un violeur
et     Non veux dire non, quelle que soit la circonstance.

Bien sur, je ne suis pas un modèle de courage mais d'un autre coté si puisque j'arrive à me tenir droite et à avancer ... Si je peux aider qui que ce soit et ce de quelque façons que ce soit, ce sera avec un réel plaisir. Si tu choisis au contraire d'effacer ce message, c'est que tu l'aura jugé mieux ainsi et je respecte ça, merci néanmoins de m'avoir lue et qui sait peut être une réponse de ta part...


Last edited by Lolane on Thu 22 Oct - 15:58 (2009); edited 1 time in total
Back to top
cent.dix
Guest

Offline




PostPosted: Sat 1 Aug - 07:24 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Poignant témoignage, remarquablement écrit, si frais et pourtant si insoutenable...

Schyzophr.nie aigüe pour ne plus se souvenir de ses gestes répétitifs, violents, meurtrissants...

...merci, merci Lolane, merci...chapeau bas


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Mon 14 Sep - 12:56 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Humm...Le viol ! Savez vous ce qu'est un viol ???
Il ne vaut mieux pas savoir en fait... C'est un acte pervers et immonde...Une atteinte à notre bien le plus précieux...
Notre Liberté et notre personnalité en sont détruites...
D'autant plus lorsqu'il se produit non pas avec un , où des inconnus mais bel et bien avec l'Homme ( où l'être aimé que l'on à choisit )...
Viol !! Ce mot est tellement bref et court ! Mais aussi tant explicite des conséquences...Quatre lettres pour une vie défaite...
Toi qui me li ,saches que tu es une victime mais aussi une vie intime...Crache sur ce que tu ressent, efface si tu le peut les images indécentes...Et soit convaincu du mal engendré...
Ne souffre plus mais met en avant ce que tu as vécu...Aide moi à combattre ce dilème...Post ! Dit ! Parle ! Raconte ! Crie ! Hurle ! Dénonce !!!!!
DIRE ET DENONCER !!!


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Thu 22 Oct - 15:56 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

...Le canon du fusil à pompe dans sa bouche...Elle ne réfléchit plus...L'acier est froid, " Assassin "...
Elle n'a pas le choix...
Abdique !!! Ce canon en Rien ne t'implique...
Rire ! Nerveux...
Elle à froid...Elle à peur...Elle n'a plus d'état d'Ame...
Elle n'est qu'une Femme...
Elle pourrait être un Homme, à ce jour le Viol n'a pas de " forme "...Ni la Violence...
Elle s'applique...Elle s'insurge...Il n'en sait Rien, évidemment...
" Il " prend plaisir à carresser le " chien..." Il va jouir...
Non !! Pas encore !! Il fait durer le " Plaisir " ! Il se défait de l'Arme...Mais la laisse à proximité...On
ne sait jamais...
Les faits sont là, dans sa perversité extrème et se prenant pour l'être suprême, il prend soin de déverser
sur Elle le fruit de sa jouissance...
Elle en ce Temps en perd sa conscience...
Elle se reprend, et mesure la distance...L'arme est à terre, Elle la regarde avec un désir soudain presque
jouissif...Peut Elle mesurer son envie d'acte...?
Elle referme ses yeux, ne pense qu'a demain...
Demain...?
Dans quelques heures Elle devra se rendre à l'évidence !! Il sera là !!
Elle doit puiser dans ses ressources et en son Ame...
Mais Elle ne reste qu'une Femme...


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Sun 22 Nov - 20:54 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Une Femme sur trois meurt par jour sous les violences et la perversité de son conjoint...Mari bien sous tout rapport, ou compagnon d'un moment...
Sur 196 plaintes 156 sont portés par des Femmes...


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Nov - 14:09 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Voici un C/C d'un site ou je participe depuis peu : interpellée par le débat, j'ai fait un C/C de mon témoignage du Nautile, que je trouvais adéquat aux faits...
Public Sénat, chaîne télévisé sur le câble...http://www.publicsenat.fr/
Ceci n'est qu'un extrait du débat...


Membre : lolane
Re: Violences Conjugales ( samedi 23 )
Humm...Le viol ! Savez vous ce qu'est un viol ???Il ne vaut mieux pas savoir en fait... C'est un acte pervers et immonde...Une atteinte à notre bien le plus précieux...Notre Liberté et notre personnalité en sont détruites...
D'autant plus lorsqu'il se produit non pas avec un , où des inconnus mais bel et bien avec l'Homme ( où l'être aimé que l'on à choisit )...
Viol !! Ce mot est tellement bref et court ! Mais aussi tant explicite des conséquences...Quatre lettres pour une vie défaite...

...Le canon du fusil à pompe dans sa bouche...Elle ne réfléchit plus...L'acier est froid, " Assassin "...
Elle n'a pas le choix...
Abdique !!! Ce canon en Rien ne t'implique...
Rire ! Nerveux...
Elle à froid...Elle à peur...Elle n'a plus d'état d'Ame...
Elle n'est qu'une Femme...
Elle pourrait être un Homme, à ce jour le Viol n'a pas de " forme "...Ni la Violence...
Elle s'applique...Elle s'insurge...Il n'en sait Rien, évidemment...
" Il " prend plaisir à carresser le " chien..." Il va jouir...
Non !! Pas encore !! Il fait durer le " Plaisir " ! Il se défait de l'Arme...Mais la laisse à proximité...On
ne sait jamais...
Les faits sont là, dans sa perversité extrème et se prenant pour l'être suprême, il prend soin de déverser
sur Elle le fruit de sa jouissance...
Elle en ce Temps en perd sa conscience...
Elle se reprend, et mesure la distance...L'arme est à terre, Elle la regarde avec un désir soudain presque
jouissif...Peut Elle mesurer son envie d'acte...?
Elle referme ses yeux, ne pense qu'a demain...
Demain...?
Dans quelques heures Elle devra se rendre à l'évidence !! Il sera là !!
Elle doit puiser dans ses ressources et en son Ame...
Mais Elle ne reste qu'une Femme...

Et lui...??? son Mari...Compagnon...
Bref l'être " Aimé "...




Quote:
Aujourd'hui 12:12:01grandmereMembre
Re: Violences Conjugales ( samedi 23 )
Tout d'abord, je tiens à faire observer que je suis choquée par le ton vindicatif des intervenantes. Se plaindre d'être victime de violences conjugales et écrire des choses aussi horribles est une incohérence. Un ton vindicatif sonne comme de la violence.

Si je vois mon expérience personnelle, je ne peux pas nier la réalité des violences faites aux femmes ; j'ai assisté à ce spectacle désopillant pendant mon enfance et mon adolescence et j'ai protégé mes frère et soeurs (nous étions 5) ; j'en porte un certain nombre de séquelles. Par contre, je suis "tombée de l'armoire" lorsque j'ai décovert la violence aveclaquelle la mère de mes petites filles battait ses enfants et surtout les enfants qui lui étaient confiés en tant qu'assistante maternelle et lorsque je l'ai vue, impuissante, lever la main sur mon fils ; j'ai été encore plus surprise lorsque j'ai appris, en écoutant les enfants dans leurs jeux, que l'usage du couteau pour menacer était courant et banal, que la nappe avec le repas (préparé par le père) était tirée avec brutalité tout se retrouvant par terre avec charge pour mon fils de trouver autre chose à donner aux enfants et de nettoyer, que les bibelots avaient une durée de vie extrêmement courte parce qu'ils servaient de projetctiles, etc. Dans ces cas là, on a mal et on a le devoir de ne pas se mêler de ce qui ne nous regarde pas.

Je crois que le débat sur les violences conjugales est faussé, volontairement, et consiste à nous présenter, nous les femmes, commes victimes. Il n'en est rien : toutes les femmes ne sont pas victimes et un nombre de plus en plus important d'hommes est victime de violences psychologiques et physiques et d'accusations mensongères. Beaucoup d'enfants ont perdu leur papa, par suicide, à la suite de telles manoeuvres. Il est temps de faire la part des choses.

Etant très curieuse et ne croyant qu'à moitié ce que j'avais entendu au sein de ma famille, j'ai bavardé... J'ai appris que mon fils n'était pas le seul homme battu, loin s'en faut ; j'ai appris que je faisais partie d'une génération dont les enfants devenus adultes n'étaient qu'une source de problèmes ; j'ai appris que beaucoup de grands-parents faisaient l'objet de procédures manipulatoires pour les priver de leurs petits-enfants et devaient tenter de panser les plaies de leurs enfants blessés quel qu'en soit le sexe. J'ai appris que les accusations mensongères de violences, de viols, d'attouchements, et maintenant d'alcoolisme sont une technique très employée dans les divorces. La femme se plaint ; personne ne contrôle ; elle obtient tout ; l'homme a sa réputation entachée, mais qu'à cela ne tienne ; ce n'est pas bien grave ; il "faut casser leur orgueil" ! Seulement, lorsque l'on salit le nom de son mari en l'accusant de choses qu'il n'a pas faites, c'est toute la famille et aussi les enfants que l'on dit protéger que l'on salit, et cela en toute impunité. Que dire de ces mères qui ont joué à ce jeu, qui ont obtenu tout ce qu'elles voulaient et qui se retrouvent seules dès que leurs enfants, "pour lesquels elles ont tout sacrifié", peuvent les laisser avec leur mensonges et retourner chez leur père (preuve qu'il n'était pas un tyran)à. Un homme se plaindra de violences, il ne sera ni écouté, ni entendu. En fin, j'ai apprsi que ce que disait mon fils était réel et il m'a fallu en entendre des témoignages, et pas que d'hommes ; j'ai même entendu des personnels des services sociaux dire qu'ils étaient conscients d'être abusés, mais... Il est loin le mouvent féminisme de mes trente ans qui a fait progresser la condition féminine !

En regardant l'émission, j'ai sursauté lorsque j'ai entendu parler des hommes violents parce qu'ils reproduisent ce qu'ils ont vécu pendant leur enfance. Il y a des fratries de femmes qui ont vécu la violence et certaines ont acquis ce mode de communication pour asservir leur compagnon.

Le débat hommes / femmes est un débat stérile qui ne peut que mener notre société à sa perte en montant les uns contre les autres ; nous sommes faits pour vivre ensemble ; nous avons des qualités et des défauts ; les hommes également ; la violence est répartie dans les deux sexes, tout comme les maladies de compulsion (Allez voir aux Alcooliques Anonymes le nombre impressionnant de femmes et aux Groupes Familiaux Al-Anon le nombre d'hommes dont les femmes ne parviennent pas à se sortir de l'alcool), tout comme la capacité ou l'incapacité à aimer. Si l'on fait preuve d'honnêteté intellectuelle, il faut bien convenir que les femmes sont plus nerveuses que les hommes, plus harceleuses, plus perverses, plus bavardes et pas toujours dans le bon sens, se plaignent davantage.

Je crois que nos hommes politiques devraient se préocuper davantage de la manière d'éduquer garçons et filles pour que les états d'esprits actuels cessent de se transmettre, de façon sournoise, de génération en génération. Nos enfants et petits-enfants ont besoin d'être guidés vers un autre mode de pensée.

En conclusion, je ne peux pas accepter que l'on accuse dans le but de nuire ; je ne peux pas accepter que notre Justice porte crédit aux femmes qui se plaignent de violences et nie les hommes dans la même situation ; je ne peux accepter que des enfants soient détruits au nom de l'égoïsme de l'un de lerus parents.

"Prendre un enfant par la main..." chante Yves Duteil ; chanson à écouter pour s'imprégner des droits et des dvoirs des parents envers leurs enfants.


Citation : Grandmere ( Membre du Forum Public sénat ) !Le débat hommes / femmes est un débat stérile qui ne peut que mener notre société à sa perte en montant les uns contre les autres ; nous sommes faits pour vivre ensemble ; nous avons des qualités et des défauts ; les hommes également ; la violence est répartie dans les deux sexes, tout comme les maladies de compulsion (Allez voir aux Alcooliques Anonymes le nombre impressionnant de femmes et aux Groupes Familiaux Al-Anon le nombre d'hommes dont les femmes ne parviennent pas à se sortir de l'alcool), tout comme la capacité ou l'incapacité à aimer. Si l'on fait preuve d'honnêteté intellectuelle, il faut bien convenir que les femmes sont plus nerveuses que les hommes, plus harceleuses, plus perverses, plus bavardes et pas toujours dans le bon sens, se plaignent davantage.


















Réponse :
lolane



Personnellement je n'ai jamais occulté le fait qu'il y ai des Hommes battus, cela apparaît d'ailleurs dans mon témoignage, mais quand je lis que les femmes ( je te cite )  "sont plus nerveuses que les hommes, plus harceleuses, plus perverses, plus bavardes et pas toujours dans le bon sens, se plaignent davantage." J'en perd mon latin !!
Sur environ 200 plaintes annuelles, 160 sont faites par des Femmes, et sur le fait de la prolifération des Femmes Alcooliques ou addictes à toutes autres substances, il me semble que c'est certes vrais mais pour la plupart, dû au fait qu'elles doivent assumer vie Sociale, boulot, enfants, maison, et gérer et assumer à elles seules la bonne marche du cercle familiale...et cela au quotidien !
Pourquoi ?? Parce que l'Homme de la maison à quitté le domicile sous prétexte que cette seule Femme ne lui suffit plus, il veut plus !! :
Une Femme qui travaille ( mais surtout que son salaire ne soit pas plus important que le sien), qui s'occupe des enfants, qui tient la maison, qui règles les soucis administratifs, qui emmène les petits au médecin, au sport et à l'école bien sur...
Cette même Femme doit pour autant rester coquette, voir sexy...doit accéder aux désirs de Monsieur quels qu'ils soient, surtout ne jamais causer en société ou lors de repas amicaux ( on ne sait jamais, des fois quelle ne dirait pas de conneries ) !
Cette même Femme enfin doit être un " exemple " du style soit belle et tais toi !! Pour peu que Monsieur n'a plus le répondant nécessaire pour se valoriser !!
Alors oui il y a des Hommes battus et bafoués, mais dans l'ensemble c'est Elle qui se prend tout dans la youle ( pour rester polie ) !
Donc les débats ne sont pas stériles mais réels...!!!

A ce jour une Femme sur trois meurt de par la violence extrême de SON compagnon...( et ces chiffres concernent l'Europe, je peux apporter d'autres chiffres concernant les Pays n'en faisant pas partie...) cela devient des Nombres...
Combien d'Homme ?????
Quote:
citation Grandmere :Tout d'abord, je tiens à faire observer que je suis choquée par le ton vindicatif des intervenantes. Se plaindre d'être victime de violences conjugales et écrire des choses aussi horribles est une incohérence. Un ton vindicatif sonne comme de la violence



















Arrf j'ai oublié un truc !! Quel ton employer pour dire que l'on a un fusil à pompe dans la bouche et que l'on doit tout d'abors faire une fellation à ce canon, pour ensuite conclure par une fellation réelle, l'arme pointé pas trop loin...??? Sniper ... Ci-git






Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Nov - 17:02 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Citation:
citation Grandmere :Tout d'abord, je tiens à faire observer que je suis choquée par le ton vindicatif des intervenantes. Se plaindre d'être victime de violences conjugales et écrire des choses aussi horribles est une incohérence. Un ton vindicatif sonne comme de la violence


Ou se place l'incohérence ??? Qui est vindicatif et qui est intervenants...? Mmmm mdrrrrrrrrrrrr !


Last edited by Lolane on Mon 23 Nov - 22:57 (2009); edited 1 time in total
Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Nov - 17:32 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Mmm..
Je ne juge pas et je n'incrimine pas...Trop tard...

Que dire...

Certains dirons que je profite de ce que j'ai acquis... ben oui quoi ?
D'autres lirons et interpréterons...
En fait cela m"importe peu...
D'une part je dis ce que bon me semble
D'autres part certain trouverons leurs lots...
Une loterie ...?
Non ! un fait défait...
Par QUOI COMMENCER???
Violence, pervercité, acceptations, violences, atrocités, je ne suis plus rien...
Violences, sexes, acceptations...
Violences, ferme ta gueule tu n'es Rien...
Entre guerre, famine, et violence extrèmes, je cherche chaque jour ou placer ma rage... Je ne trouve pas...


Back to top
Violette
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Nov - 22:20 (2009)    Post subject: Sine qua non Reply with quote

Pauvre Grand-mère !!! Si toutes les femmes étaient comme toi nous en serions au temps des cavernes. Il est de bon ton aujourd'hui de dénigrer le féminisme ça bon genre...et c'est à la mode le retour en arrière dans pas mal de domaines. C'est politiquement correct ma brave dame.


Mais enfin pas besoin d'être féministe pour dénoncer la violence. C'est une question de bons sens.


A mon avis grand'mère a été traumatisée par une bru tyrannique .....


Il est vrai qu'il existe des hommes battus mais c'est une minorité.


En ce qui concerne le ton vindicatif comment en serait il autrement lorsque ces femmes ont souffert durant des années, elles sont révoltées c'est compréhensible.


Mais peut-être Mémé voudrait qu'on lui dise en prose et de préférence dans une tenue glamour. Faut pas effaroucher ces peites brutes s heing ?
DIRE ET DENONCER  EST UN DROIT
IL NE FAUT PAS EN AVOIR HONTE
CONTINUE LOLANE


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Mon 23 Nov - 23:48 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

Comment expliquer à cette femme, grandmere, que d'avoir un putain de canon de fusil dans la youle fait que plus rien d'autre ne te fait réagir ??
comment lui dire ta souffrance..?
Comment lui expliquer que c'est une Femme !!! qui à subit quelques fantasmes d'Hommes...
Et comment lui dire que l'Homme qu'elle défend est l'Homme qui pourfend...??

je sais comment dire ça...mais va t elle l'accepter...?
Ce que j'ai à dire risque d'être lourd...pesant et...sordide, voir indéfinissable...Voir dégueu et illisible...

Dois je dire ça ???


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Thu 26 Nov - 13:01 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

CES VIDEOS PEUVENT FORTEMENT HEURTER VOTRE SENSIBILITE...
25 novembre...Journée de sensibilisation contre les violences
conjugales...

...

...

...


...

...

STOOOOOOOOOOOOP !!


Back to top
Violette
Guest

Offline




PostPosted: Thu 26 Nov - 22:07 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

images dures en effet. 
Hier soir le premier ministre a annoncé la création d'un délit de violence psychologique conjugale.


Back to top
Lolane
Guest

Offline




PostPosted: Tue 1 Dec - 12:13 (2009)    Post subject: Le viol conjugal Reply with quote

...Peut être qu'a force de perséverence,
nos représentants Gouvernementaux reçevront ils nos messages...
J'dit ça J'dit rien heinnnnnnnnnn...!


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Le.Nautile - Partage des Savoirs Forum Index -> SALLE DE PILOTAGE LE.NAUTILE "VAISSEAU du PARTAGE et de la CONVIVIALITÉ" -> INTERNATIONAL -> Droit All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation

Template SG-1 by Dav.bo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

... ga(‘set’, ‘&uid’, {}); // Définir l'ID utilisateur partir du paramètre user_id de l'utilisateur connecté. ... http://localhost:8080 https://myproductionurl.www.forum-le-nautile.com (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','https://www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-51495022-1', 'auto'); ga('require', 'GTM-WGNFT9W'); ga('send', 'pageview');